Expression pain

Expressions sur le pain

expressions pain

Les expressions du pain

Le pain est dans l’histoire consommé par toutes les populations dans le monde entier. La pain est un aliment si important que l’on retrouve de très nombreuses expression avec le pain.

 

  • Compagnon : compagnon d’études vient le mot « copain », littéralement, la personne avec (cum en latin) qui l’on partage son pain (panis en latin) ;
  • Mieux vaut pain en poche que plume au chapeau : tout ce qui est superficiel n’a pas de valeur réelle et ne nourrit pas.
  • Être trempé comme une soupe : la soupe, à l’origine, ne désignait pas un bouillon, mais le pain que l’on trempait dedans, d’où l’expression.
  • Manger son pain blanc : avoir le meilleur de quelque chose, sous-entendu en attendant l’arrivée du moins bon. L’expression opposée est manger son pain noir.
  • Mihina-mofo toa vazaha nefa malagasy vavony’ : manger du pain comme un français tout en ayant un estomac de malgache.
  • Être au pain sec [et à l’eau] : ne disposer que de ressources alimentaires minimales.
  • Ça ne mange pas de pain : se dit d’un acte sans conséquence grave.
  • Bon comme du bon pain : qualifie une personne incapable de malveillance.
  • Retirer le pain de la bouche : empêcher de gagner sa vie.
  • Gagner son pain [quotidien] : exercer son métier, plus familièrement gagner sa croûte.
  • Je ne mange pas de ce pain-là : se dit par une personne refusant de se mêler à une affaire qui lui semble étrange (l’affaire = le pain).
  • Mettre un pain : frapper quelqu’un. Appliquer un soufflet ou un coup de poing sur la figure de quelqu’un.
  • Prendre un pain : avoir une amende ou endommager quelque chose.
  • Il a plus de la moitié de son pain cuit : se dit de quelqu’un qui n’a plus longtemps à vivre.
  • Il n’y a ni pain ni pâte au logis : se dit de quand il est temps de faire les courses.
  • Il a mangé du pain du roi : il avait fait de la prison.
  • Être né pour un petit pain : avoir peu d’ambition, avoir un avenir médiocre.
  • Réussir mieux en pain qu’en farine : terminer heureusement une affaire qui avait mal commencé.
  • Avoir mangé plus d’un pain : avoir beaucoup voyagé.
  • Il vaut mieux courir à la miche qu’au médecin : avoir un bon appétit est signe de bonne santé.
  • Lui faire passer le goût du pain : tuer quelqu’un.
  • Du pain et des jeux : ce que réclamait le peuple romain (panem et circenses), de la nourriture et de la distraction.
  • Faire son pain : en tirer des revenus.
  • Pour les musiciens, dans un langage plutôt argotique, un pain désigne une fausse note.
  • Emprunter un pain sur la fournée : avoir un enfant avant mariage.
  • Pain du Royaume : l’Eucharistie.
  • Planche à pain : femme sans poitrine.
  • Pour une bouchée de pain : réaliser un achat à très bas prix.
  • Long comme un jour sans pain : durée interminable, ou personne de grande taille.
  • Avoir du pain sur la planche : initialement, ne pas avoir besoin de travailler pour manger. Depuis 1914-1918, a pris le sens de avoir beaucoup de travail.
  • Arbre à pain : arbre d’origine indo malaise dont le fruit constituait la base de l’alimentation tahitienne avant l’arrivée des européens. Son fruit était consommé frais ou fermenté.
  • Copain : compagnon d’études. Celui avec qui,  on partageait son pain, – cum pane.
  • Séparer le bon grain de l’ivraie.
  • Entrer comme dans un moulin
  • Mettre la main à la pâte
  • Avoir du pain sur la planche : Avoir des économies ou des rentes. Être riche et ne pas avoir à s’occuper du lendemain. Être condamné à un certain nombre d’années de prison. Avoir beaucoup de choses à faire.
  • Avoir (du) son pain cuit : être rentier. Etre condamné à mort.
  • Au pain et à l’eau
  • Au pain sec
  • ça ne mange pas de pain
  • c’est du pain bénit
  • c’est un pain bien dur : se dit d’une situation fâcheuse
  • Comme des petits pains (se vendre, s’enlever, partir, s’écouler)
  • Donner du pain de chapitre à quelqu’un : faire des reproches à quelqu’un
  • Du pain et des jeux
  • Emprunter un pain sur la fournée : avoir un enfant d’une femme avant de l’avoir épousée. Le peuple, à qui ses boulangères font volontiers crédit.
  • Etre au pain, en pain de quelqu’un : vivre sous son autorité
  • Etre au pain menu : dans une mauvaise situation matérielle
  • Être bon comme du (bon) pain
  • Être en pain
  • Faire des petits pains: faire des manières. Prendre des airs mystérieux pour causer avec quelqu’un, lui dire des riens et avoir l’air de lui parler de choses intéressantes. – Faire la cour à une femme.
  • Faire petit pain : être dans la gêne (XV-XVI)
  • Faire perdre le goût du pain
  • Gagner son pain
  • Gagner son pain à la sueur de son front
  • Grossier comme du pain d’orge: extrêmement brutal. – Les bourgeois, amis du pain blanc et des discours amènes.
  • Laisser manger son pain : être lâche
  • Laisser tomber son pain dans la sauce :s’arranger de manière à avoir un bénéfice certain sur une affaire; montrer de l’habileté en toute chose.
  • Le pain quotidien
  • Le pain nous vient lorsqu’on n’a plus de dents
  • L’espoir est le pain du pauvre
  • Long (grand) comme un jour sans pain
  • Manger du pain rouge : vivre d’assassinat
  • Manger le pain de…
  • Manger son pain blanc le premier
  • Manger plus d’un pain : celui qui a beaucoup voyagé
  • Mettre hors de pain : émanciper
  • Ne pas manger de ce pain-là
  • Pain des pauvres : expression familière pour dire « faire l’amour »
  • Perdre le goût du pain :  mourir
  • Pleurer le pain que l’on mange : être avare
  • Pour une bouchée de pain: pour très peu d’argent
  • Promettre plus de beurre que de pain
  • Rendre pain pour farine ou pour fouace (galette) : rendre la pareille (XVI)
  • Réussir mieux en pain qu’en farine : terminer heureusement une affaire qui avait été mal engagée.
  • Tel pain telle soupe : les situations se valent en fonction des éléments qui les composent
  • Tremper son pain de larmes : en être réduit au désespoir et au pain sec
  • Valoir le pain que l’on mange (ne pas) : être paresseux
  • Donner du pain de chapitre à quelqu’un : Faire des reproches à quelqu’un
  • Emprunter un pain sur la fournée : Etre enceinte sans être mariée
  • Grossier comme un pain d’orge
  • Il ne vaut pas le pain qu’il mange
  • Il ne veut pas manger de pain moisi : Il ne veut pas être célibataire
  • Il pleure le pain qu’il mange
  • Il mange son pain sous son manteau : Il est avare
  • Laisser manger son pain : Faire preuve de lâcheté
  • Manger du pain rouge : A propos des malfaiteurs et des assassins
  • Pain dérobé réveille l’appétit : Ce qui est interdit est attirant
  • Y tremper son pain : Métaphore sexuelle
  • Promettre plus de beurre que de pain : A propos des mystificateurs

Les expressions sur le pain sont nombreuses et très parlantes.

Be Sociable, Share!

Leave a Reply